BULLE N°2 – 30.01.2017

J’ai fait très peu de rêves depuis un mois.

Ou tout du moins, je me souviens de très peu de rêves, depuis un mois.

 

Les choses ont été bouleversées, la vie s’est ralentie et des portes se sont fermées non sans heurts et sans cicatrices personnelles. D’autres portes sont en train de s’ouvrir, mais c’est un processus de compensation qui est long, et incertain.

En un mois, finalement, je peux dire que l’angoisse a succédé à la douleur, et que le doute est en train de succéder à l’angoisse. Et j’ai arrêté de rêver.

Oh, dimanche matin, j’ai bien rêvé que mon ex-amie revenait dans mes bras.

Qu’elle se rendait compte, avec cette grammaire toute onirique, que nos différences sont un casus belli bien dérisoire face à l’appétence de nos corps. Mais ensuite je me réveille, et je me rappelle que cette appétence, je l’ai plus rêvée que vécue, depuis quelques temps déjà.

 

Je suis allé voir ma grand-mère cet après-midi.

Fraîchement âgée de 97 ans, il ne lui reste plus qu’une maison de retraite assez recommandable, un fauteuil roulant flambant neuf, trois dents dont une en plomb, et un magnifique Alzheimer galopant.

Elle n’a pas reconnu ma mère (je vous passe donc sa perplexité toute authentique devant mon apparition).

Elle croit travailler dans un hôtel… mais voudrait s’en aller, maintenant.

Elle a « discuté » une heure, puis son discours n’a plus dépassé cette glaçante chaîne de montage.

« Je »…longue latence… »Je »

« Je me »… »Je me »

« Je me souviens »… »Je me souviens »

« Je me souviens, oui, mais de quoi ? »

« Té »

« Rév »

« Révoltée »… »Je suis révoltée »

Quatre vingt dix sept ans, c’est long, surtout vers la fin.

 

Au retour, ma mère a conduit.

Il pleuvait et j’étais épuisé, je me suis donc endormi à la place du mort, à deux rues de la maison.

Et c’est là que j’ai rêvé ; oh oui, j’ai rêvé.

Et quel rêve.

J’ai rêvé que je m’endormais passager dans une voiture et que cinq secondes plus tard elle sortait de la route et fonçait vers l’impact avec un gros rocher.

165%2fjlrk0%2froute-bloquee-en-montagne-comment-de-si-gros-rochers-peuvent-se-detacher-x240-fwt

 

Il est de ces journées que l’on n’a pas hâte de voir dégénérer en nuits.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s